Et si on taxait le travail des robots ?

'Et si on taxait le travail des robots ?' MITCHELL John

Publié le 09/03/2016
1923 vues

Thème :
Economie - entreprise éthique

Mots-clés :
robotisation taxes entreprenariat travail MITCHELL John social innovation

Coordonnées :

Désamorcer la concurrence déloyale entre machines et humains

Mitchell a décidé de s'engager pour plus de justice.

Pour faire sa part et oeuvrer dans ce sens, il s'est intéressé à la question des robots qui remplacent progressivement la main d'oeuvre humaine... «Je ne suis pas contre le progrès (...) mon problème est seulement : que vont devenir toutes les femmes qui saisissaient les feuilles de Sécu ? La Sécu va économiser de l'argent, les Assedic vont payer et les gens seront désespérés. C'est anormal !»

Aussi, Mitchell a décidé d'inventer la cotisation "ROSE" pour «Robots, ordinateurs et systèmes experts».

L'idée : utiliser le bénéfice de cette taxe pour créer des emplois, aider les chômeurs, financer des formations, aider les entreprises à embaucher : "Les robots et machines informatiques crées beaucoup de richesses mais ne payent pas des cotisations sociales. Même travail mêmes cotisations. Plus la concurrence déloyale."

Pour Mitchell, oeuvrer en ce sens est indispensable : "Les valeurs humanistes vibrent en moi. Je ne peux pas accepter l'injustice."

Vous avez aimé ? Partagez cette initiative !



Et inscrivez vous à notre lettre d'infos

Suggestions

85
Inventer nous-même les solutions économiques aux problèmes de nos territoiresEconomie - entreprise éthique 6 129 vues Impact global : 9