On passe à l'acte | Je suis actionnaire d'un bout de terre, pour soutenir une agriculture de qualité

'Je suis actionnaire d'un bout de terre, pour soutenir une agriculture de qualité'

Publié le 21/06/2011
2569 vues

Thème :
Economie - entreprise éthique

Mots-clés :
Terre Agriculture Protection Actionnaire Soutien

Coordonnées :

Tel : 09 70 20 31 09

Contact près de chez vous:

http://www.terredeliens.org/campagne/pres-de-chez-moi-contact.php

Pour tout autre info:

http://www.terredeliens.org/


On vous aide à agir avec la formation Je me lance

La Foncière, Terre de Liens

La Foncière Terre de Liens propose l'acquisition collective de bâti et de foncier pour participer à la création d'activités rurales, écologiquement responsables et socialement solidaires. Elle agit pour le développement d'une agriculture paysanne, biologique et biodynamique. L'dée de La Foncière Terre de Liens est née d'un manque d'outil et d'une nécessité : celle d'un contrôle citoyen des usages de la terre par la propriété collective. Son objectif est de montrer qu'il est possible à travers la mobilisation de l'épargne citoyenne, de soustraire des terres au marché spéculatif et de les protéger des menaces qui pèsent sur elles. (extraits du site officiel de l'initiative)

La Foncière Terre de Liens est née de la rencontre, à la fin des années 90, entre des mouvements d'éducation populaire, de la finance solidaire, de l'agriculture biologique et biodynamique et de la protection de l'environnement, l'association Terre de liens est devenue le creuset de la réflexion sur les réponses financières à apporter au problème de l'accès au foncier. Ensemble, ils ont imaginé un outil d'investissement solidaire capable d'apporter une réponse originale à ce défi. A l'origine de la création de la Foncière Terre de liens, il y a un triple constat :

1) Nous avons besoin de paysans qui renouvellent le modèle d'agriculture classique, qui ré-inventent d'autres formes d'usage de la terre, écologiquement responsables et socialement solidaires.

2) Dans la majorité des cas, ces paysans n'ont pas les moyens d'accéder seuls à la terre sans s'endetter pour plusieurs générations. Il est donc nécessaire de recourir à des formes collectives et solidaires d'acquisition de foncier.

3) Ni les acteurs privés (agriculteurs, propriétaires privés, agences immobilières...), ni les acteurs publics (Etat, Collectivité, Parc Naturel, Conservatoires...), ni les SAFER ne parviennent à stopper ni même à freiner la spéculation foncière, l'artificialisation des sols et la concentration des terres aux mains de quelques-uns.

Vous avez aimé ? Partagez cette initiative !



Et inscrivez vous à notre lettre d'infos

Suggestions

110
Aider les citoyens à créer des projets en faveur de la transition écologique et solidaireEconomie - entreprise éthique 2 444 vues